La passion de Dodin-Bouffant par Mathieu Burniat

Voici bien longtemps que je ne m’étais pas régalée avec une BD, et je parle au sens propre comme au figuré. À l’origine, Monsieur Dodin-Bouffant est un personnage de roman. Un héros d’un classique de la littérature gastronomique, écrit en 1924 par Marcel Rouff. Puis il est devenu le nom d’un restaurant du quartier latin, et le personnage principal d’une adaptation télévisée de 1965. Aujourd’hui il revient, ventre bedonnant et air pincé à l’appui, sous le crayon de Mathieu Burniat, qui lui donne vie et épaisseur à travers des dialogues savoureux qui vous mettront l’eau à la bouche. Extraits…


La passion de dodin bouffant

L’auteur du préface est François-Régis Gaudry, un monsieur que j’aime à lire et écouter (France Inter, l’Express – Et toque !), et déjà à la lecture de ces quelques lignes, vous savez que vous allez saliver pendant les cent prochaines pages : « Je ne cache pas une certaine jubilation à voir un jeune auteur bruxellois, dopé aux frites et aux croquettes de crevettes, tremper ses pinceaux dans le séculaire potage d’Adèle Pidou, tailler ses crayons dans le bec des ortolans, décanter son inspiration au fond d’une bouteille de châteauneuf-du-pape« .

La passion de dodin bouffant

Vous l’aurez compris la passion de Dodin-Bouffant, c’est la cuisine. À lui, on ne la fait pas, il est le roi du pot-au-feu et des pâtés en croute. Avec ses trois acolytes ils se repaissent de bonne chère, de quelques bouteilles aux notes cuivrées, et s’évadent dès les premières effluves des plats dans les jardins de nourritures spirituelles (munis de petites ailes).

La passion de dodin bouffant

La cuisinière de Monsieur Dodin-Bouffant c’est Eugénie. Elle prépare les plats comme personne : des lapereaux du marché elle en fera des boulettes au foie gras et à la truffe, selon la recette de Beauvilliers (L’art du cuisinier, 1814), laissant son public sur sa faim après avoir expliqué la recette. Mais voilà, Eugénie disparait. Il faut lui trouver une remplaçante. Commence alors le bal des prétendantes…

Quel plaisir de parcourir ces pages, cet humour et ces recettes ! Sortie en librairie le 3 octobre, je ne peux que vous recommander de l’acheter. Vous aurez en prime la recette du Saint-Marcellin aux morilles qui fait tant saliver au centre du livre, et que je me suis promise d’essayer rapidement…

Bonne lecture !

La passion de Dodin-Bouffant, de Mathieu Burniat.

Éditions Dargaud. 17,95€

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s