Histoire de l’alimentation : Grèce Antique, Seconde Partie

Je vous parlais il y a quelques temps (ou plutôt quelques mois) de la Grèce Antique et de son alimentation très céréalière (dans cet article). Aujourd’hui on va finir d’explorer les traditions alimentaires de cette époque, avant de passer à la Rome Classique. Parlons vin, parlons viande.

baquet vin grece antique alimentation histoire

Banqueteur puisant dans un cratère grâce à une œnochoé pour remplir son kylix de vin, v. 490-480 av. J.-C., musée du Louvre.

Le vin

C’est la boisson principale, la plus consommée chez les grecs. Et figurez-vous que déjà à cette époque il existe des « appellations » reconnues parmi les Cités : les vins rouges de  Thrace, de Thasos ou de Chios, ainsi que les vins blancs de Mendé. Les vins rouges grecs ne sont pas vraiment les mêmes vins que ceux que l’on boit aujourd’hui: ils titraient aux alentours de 18°C (car il s’agissait de vin de fermentation lente, donnant des vins plutôt doux). Il ne faut pas confondre ces crus avec ceux des romains, qui étaient principalement blancs.

Les amphores en terre cuite, celles que l’on figure très bien – avec deux anses – garantissaient un excellent vieillissement, mais la diffusion du tonneau au IIIème siècle après JC, et l’abandon des amphores, a changé ces conditions de vieillissement. Il s’en suivra un goût pour les vins jeunes, plus tard, au Moyen-Age, puisque les vins vieux se conserveront très mal.

amphore vin grece antique histoire alimentation

Dans le monde grec il existe un évènement autour duquel le vin tient une place considérable: le symposium. C’est un moment du repas qui fait suite au banquet, dont il est rigoureusement séparé. Il célèbre la sacralité du vin, qui produit l’ébriété et permet donc un contact avec le dieu. Le vin n’est jamais consommé en mangeant chez les grecs, il fait vraiment l’objet d’un moment à lui durant lequel on le déguste, accompagné de musique et de danses. Les romains eux, le réduiront au rang de boisson et il cessera d’avoir ses fonctions divines.

La viande

En Grèce Antique on consomme déjà toutes sortes de viandes et de poissons, notamment des gibiers : ramier, perdrix, pigeon, renards… Toutefois, les animaux domestiques ne sont pas élevés pour leur viande. Le cochon est le seul animal destiné à la consommation. Le boeuf et le mouton ne sauraient être tués ni consommés : pour les grecs, le boeuf est le compagnon de travail de l’homme, et le bovicide était puni aussi durement que l’homicide. Extrêmement rares, on ne se résignait à les manger que lorsque, devenus vieux, ils étaient inutiles.

alimentation histoire grece antique cochon  histoire

Découpe d’une tête de cochon. Peintre de Tarporley, v. 360-340 av. J.-C., Musée archéologique national de Madrid.

Les moutons sont les principaux animaux d’élevage à l’époque grecque (et romaine). Ils sont élevés pour leur laine et leur lait : le fromage est alors plus important que la viande dans l’alimentation quotidienne.

Image du luxe, de la fête, du privilège social, la viande n’est pas considéré par ces civilisations antiques de la Méditerranée comme un bien aussi primordial que les produits de la terre : son prix n’est pas soumis à un controle politique, comme celui des céréales, et peut même être interdite de vente au public à certaines époques. Dans cette société, la viande revêt une importance idéologique et symbolique capitale, puisqu’elle nécessite presque toujours la mise à mort d’un animal, réservée aux grandes occasions. Mais vous l’aurez compris, l’alimentation grecque de l’époque est avant tout céréalière : les céréales fournissent 80% de l’apport calorique total, et les citadins ne consomment pas plus d’un à deux kilos de viande par an et par habitant (contre 75 kg aujourd’hui pour les États-Unis, 66 kg en France).

Les céréales et les légumes qui servent de repas sont accompagnés de poissons et de crustacés conservés en saumure, et de fromage.

alimentation poissons crustacés grece antique

Plat à figures rouges, v. 350-325 av. J.-C., Musée du Louvre.

Les repas

Plutarque a dit : « Nous ne nous asseyons pas à table pour manger, mais pour manger ensemble ».

Durant cette période de l’Antiquité Grecque, il faut bien comprendre que l’on distingue deux types de populations: les civilisés (les Citoyens de la Cité), et les barbares (peuples étrangers). Et le premier élément qui va distinguer cet homme civilisé des barbares et des bêtes c’est la convivialité du repas. Le repas grec- le convivium – est un moment sociable, communicatif, pour lequel l’alimentation ne sert finalement que d’un prétexte. Il s’agit plus d’observer des règles et des normes de comportement pour s’affranchir des barbares qui n’ont, eux, que l’usage d’un repas en commun, sans aucune règles.

symposium greque antique alimentation

Scène de Symposium. Vers -420. Musée archéologique national de Madrid.

La convivialité, telle qu’entendue à l’époque, est un élément fondateur de la civilisation humaine. Être accepté à la table commune ou en être exclu a une très forte signification. La participation au banquet et l’intégration dans la communauté resteront d’ailleurs étroitement liés dans la société occidentale au Moyen Age et aux époques suivantes (dois-je mentionner Assurancetourix ?). Et puis bien sûr, le banquet représente les hiérarchies et les rapports de force à l’intérieur de la communauté par la place que chacun occupe à table, mais aussi par la répartition de la nourriture ou du genre d’aliments servis à à chacun. Les plats sont différents en fonction du rang. Cependant ces hiérarchies, en Grèce ou en Rome Antiques, ne sont pas aussi marquées que celles que l’on connaitra au Moyen-Age.



Sources :

Villes et campagnes grecques, Marie-Claire Amouretti

La viande et ses rites, Christiano Grottanelli

Systèmes alimentaires et modèles de civilisations, Massimo Montanari

Planetoscope.com

Advertisements

5 réflexions sur “Histoire de l’alimentation : Grèce Antique, Seconde Partie

    • Merci 🙂 j’aimerais être plus régulière mais ça demande beaucoup de lectures et de temps alors je suis longue à publier… J’aimerais arriver au moins jusqu’à la Renaissance ! Rome Antique et début du Moyen-Age dans les bacs…

  1. Bonjour, je suis en plein préparatif de mon anniversaire (à l’époque de la grèce antique avec costume, plat (si si maza, gateau, cochon de lait à l’ancienne (sans farce) pois chiche (avec garos (garum) et fleurde mauve etc……) et jeux (dont le cobat piqué aux étrusques avec deux kylix) et vase et déco!) et j’aurai aimer trouver votre article plus tôt !! (j’y suis depuis des mois sur le net !!!
    Tout ça pour dire que c’est du très beau et très gros travail et bien illustrer!! chapeau bas!!!!!!

    • Oh merci beaucoup ! J’espère que ce festin se passera bien ! Les vins grecs sont de super vins, vous avez de la chance, ils sont certainement meilleurs qu’à l’époque 😉 Très joyeux anniversaire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s