Histoire de l’alimentation: Mésopotamie

La fois précédente j’avais fini de vous parler des régimes alimentaires et des débuts de l’agriculture à la préhistoire. Aujourd’hui nous avançons un petit peu dans le temps pour nous arrêter en Mésopotamie, berceau des civilisations.

Détail de l'étendard d'Ur (vers -2700)

Détail de l’étendard d’Ur (vers -2700)

Les banquets des premières civilisations – Mésopotamie

La protohistoire est postérieure à la préhistoire, et antérieure à l’histoire, qui débute avec l’écriture. Elle correspond aux âges des métaux : âge du bronze et âge du fer, soit en Mésopotamie, de -6000 à -2900.

La Mésopotamie était située entre le Tigre et l’Euphrate et correspond aujourd’hui pour sa plus grande part à l’Irak actuel. Dans cette civilisation le banquet occupe une place prépondérante. C’est de lui que je vais vous parler aujourd’hui.

Et si je vous parle de banquet vous avez toutes et tous Asterix et ses sangliers en tête. Point de sanglier en Mésopotamie, et encore moins de barde accroché à un arbre. Mais il s’agit tout de même d’un moment de grande sociabilité: le banquet entretient un lien étroit entre festivités religieuses et réjouissances profanes, c’est un véritable « festin liturgique » qui met en scène des convives (parfois des deux sexes) assis avec une coupe à la main, entourés de serviteurs et de musiciens.

Ce genre de banquet était à l’origine réservé au « Roi-prêtre » et son épouse et pouvaient être organisés à l’occasion d’évènements diplomatiques ou bien de célébrations de victoire: la représentation la plus connue est l’étendard d’Ur, datant de 2700 avant JC.

Mesopotamie histoire protohistoire  alimentation etendard ur repas banquet fete

Détail de l’étendard d’Ur – Scène de banquet. Vers -2700.

Il existait deux types de banquets: ceux des particuliers, et ceux du roi.

Le banquet des particuliers: tout accord un peu important qui unissait des individus ou des groupes familiaux se concrétisait par un repas pris en commun par les deux parties. Ce dernier symbolisait cet accord et le partage de boisson et de nourriture était une réalisation concrète du contrat. Il pouvait être organisé à l’occasion d’un achat de terre, d’une location de bateau, ou bien d’un mariage. Un texte du IIème millénaire avant JC rapporte ces propos: « On a mangé le pain, on a bu la bière et on s’est oint d’huile ».

Dans l’Assyrie du Ier millénaire le fait d’oindre la tête d’une jeune fille libre ou d’organiser un banquet de noces suffit à établir la validité d’un mariage. Le père de l’épouse avait la charge d’entretenir ses invités et ceux qui accompagnaient le nouvel épou jusqu’à ce qu’il emmène sa femme, chargé de présents qui consistaient en grande partie en des produits alimentaires.

Mesopotamie protohistire histoire ur lagash banquet louvre alimentation fete archaique dynastie

Relief votif d’Ur-Nanshe, roi de Lagash. Vers -2500.

Le fait de boire à la même coupe établit une sorte de fraternité et vaut pour toutes les alliances. De même l’image du sel partagé au cours d’un repas est symbole du lien qui unit deux personnes: à l’époque néo-assyrienne « l’homme de mon sel » désigne l’ami. Le refus de partager les mêmes aliments peut être vu comme une marque d’hostilité. C’est donc le partage qui importe, plus que la composition du repas.

Petite histoire bonus: depuis au moins le IIème millénaire il existe des établissements où l’on peut se restaurer, mais surtout boire, en bonne compagnie. Nous les désignons aujourd’hui sous le nom de « cabarets »: ils sont alors fréquentés par des gens de passage ou des habitants du lieu, surtout des hommes, mais ces établissements sont en revanche tenus par des femmes.

Le Code du roi Hammourabi de Babylone (1792-1750 avant JC) mentionne ces cabarets, qui sont interdits aux prêtresses, et où les propos politiques sont surveillés: « Si une prêtresse […] a ouvert la porte d’un cabaret ou y est entrée pour prendre de la bière, on brulera cette femme »; « Si une cabaretière dans la maison de qui des fauteurs de trouble ont comploté ne les a pas saisis et conduits au palais, cette cabaretière sera tuée ».

louvre roi assurnasirpal assyrie mesopotamie histoire palais alimentation

Le roi Assurnasirpal II (883-859 avant J.-C.) et son écuyer.

Le banquet royal: on a plus de renseignements sur ces banquets puisque les documentations royales sont toujours mieux préservées ! Le souverain conviait à sa table un certain nombre d’invités quand il devait célébrer un évènement important (l’inauguration d’un palais, d’un temple): rois vassaux, représentants de royaumes étrangers, chefs de guerre, ouvriers. Une partie de l’assistance était assise par terre tandis que ceux que l’on voulait honorer avaient droit à un siège. Les serviteurs présentaient alors l’eau pour se laver les mains, et chacun des invités recevaient ensuite une fiole d’huile au cèdre ou au myrte, dont ils s’oindraient au début et à la fin du repas.

Ensuite étaient servies les viandes, grillées et en ragout, accompagnées de galettes de pain et de légumes. Le dessert était le plus souvent composés de fruits et de pâtisseries au miel. Parfois des aliments plus rares venaient accompagner ce festin: poissons de rivière, œufs d’autruche, pistaches. Le tout était bien entendu arrosé de bière (mélange fermenté d’orge ou de dattes) et de vin.

Reconstitution palais Nimrud calah Londres XIX assyria british museum mesopotamie assyrie

Reconstitution du palais de Assurnasirpal II, exposé au British Museum. XIXème siècle.

Dans la première moitié du Ier millénaire, à l’époque néo-assyrienne, les banquets royaux deviennent des entreprises somptueuses. L’exemple le plus célèbre est celui du festin donné par Assurnasirpal II (883-859 avant JC) après l’achèvement de son palais, où il convia 69574 personnes (dont 47074 qui pourraient bien être des déportés des royaumes voisins ayant construit le palais). Le festin dura 10 jours. La liste des victuailles est impressionnante: 1000 bœufs gras, 14000 moutons, 1000 agneaux, une centaine de cervidés, 20000 pigeons, 10000 poissons, 10000 et des milliers de litres de vin et de bière. A cela il faut ajouter des quantités de légumes, fruits, pain…

Dans l’ancienne ville de Calah en Irak, le palais est aujourd’hui un champ de ruine que l’Unesco tente de préserver. Quelques statues sont toujours debout, tentant de continuer à braver les siècles.

Assurnasirpal palais Nimrud calah iraq mesopotamie assyrie

Derniers vestiges du somptueux palais – Irak

Source: Francis Joannès, La fonction sociale du banquet dans les premières civilisations, dans Histoire de l’alimentation.

Advertisements

Une réflexion sur “Histoire de l’alimentation: Mésopotamie

  1. Pingback: Histoire de l’alimentation: Egypte ancienne | Céline M. Céline aime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s