Histoire de l’alimentation: Préhistoire 2

Du paléolithique moyen à la fin de préhistoire

Reprenons là où nous nous étions arrêtés dans le chapitre précédent: la fin du paléolithique moyen.

Au cours du paléolithique supérieur se généralise un système de subsistance fondé sur l’exploitation d’une espèce animale en particulier. Elle est chassée en troupeaux lors de grandes battues: selon les régions ça sera le renne, le cheval, le bison, l’auroch (genre de taureau avec de grandes cornes) ou encore le mamouth. On passe de la « chasse de rencontre » -individuelle ou presque- à une « chasse de masse », exigeant une véritable organisation pour le rabattage des troupeaux, le traitement rapide de la viande et des stocks de peaux et de crins accumulés.

La chasse de masse va provoquer des changements au niveau des techniques de conservation de la viande. Heureusement qu’à la fin du paléolithique règne un climat sec et froid permettant les congélations sous terre (car à ce moment là le sous-sol était gelé en permanence), mais sinon on séchait ou fumait les viandes. Concernant la consommation, les aliments étaient bouillis dans des récipients de bois ou de peau, dans lesquels on jetait des pierres chauffées. De grosses pièces de viande étaient grillées sur des broches (vous découvrez l’origine du barbecue: il y a 20 000 ans !) et les plus petites pièces, comme les saumons ou les oiseaux, étaient cuites directement sur les pierres des foyers.

Cerf foret alimentation prehistoire mesolithiqueAvec la fonte des glaciers un climat tempéré et humide revient en Europe. On entre alors dans le mésolithique, entre -10000 et -5000. Progressivement, steppes et prairies laissent place aux forêts, riches en pins, bouleaux, ainsi qu’en hêtres et noisetiers. De grands troupeaux d’herbivores disparaissent ou se réfugient plus au nord: c’est la faune actuelle de nos forêts qui s’installe, avec ses sangliers, ses cerfs, ses chevreuils. Certaines ressources deviennent plus abondantes (poissons, mollusques, oiseaux, végétaux) tandis que d’autres s’amenuisent (les gros animaux). L’alimentation devient bien plus variée. Lentilles, lapin, escargots, framboises et myrtilles font leur apparition dans les repas. La collecte retrouve un rôle prépondérant.

Les populations ne sont pas encore sédentaires mais s’établissent plus durablement, notamment sur les bords de mer. Et tandis que les mésolithiques des régions méditerranéennes adoptent très vite l’agriculture et l’élevage – introduits par des populations du Proche-Orient – les mésolithiques des régions septentrionales gardent bien plus longtemps leur mode de vie ancestral, avec cependant quelques échanges de produits de chasse contre des céréales.

champ blé mésolithique prehistoire alimentation cereales sedentarisationPuis vient la période du néolithique, qui s’étend d’environ (mais vraiment environ) -9000 à -2000, et voit apparaitre la véritable révolution économique à l’origine de toute notre alimentation traditionnelle: la culture des céréales (notamment le blé et le seigle), ainsi que l’élevage du mouton, du boeuf, de la chèvre et du porc. Ceci impliquant évidemment une sédentarisation des populations. Dès cette période le blé sert à la fabrication du pain mais cette alimentation céréalière et d’élevage est systématiquement complétée, dans les régions d’Europe du nord, par l’exploitation des ressources sauvages. Au contraire, en Europe méditerranéenne ainsi qu’au Proche et Moyen Orient, on ne compte quasi exclusivement que sur l’univers domestique: le monde sauvage est rejeté. L’alimentation s’organise autour des céréales, des légumineuses, de la viande de boeuf et du mouton. A noter également l’apparition des premières boissons fermentées… Je vous parle bien entendu de bière, ou plutôt de son ancêtre, très alcoolisée et parfumée d’épices.

Avec ces diversifications alimentaires naissent les premiers goûts et les préférences culturelles: pour la première fois l’alimentation ne répond plus exclusivement à des besoins nutritionnels, mais devient une expression de choix, parfois idéologique, parfois de rapports de pouvoir.

Histoire à suivre…

Source: Catherine Perlès, Les stratégies alimentaires dans les temps préhistoriques, dans Histoire de l’alimentation.

Publicités

2 réflexions sur “Histoire de l’alimentation: Préhistoire 2

  1. Pingback: Histoire de l’alimentation: Mésopotamie | Céline M. Céline aime.

  2. Pingback: Histoire de l’alimentation: Egypte ancienne | Céline M. Céline aime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s