La bière et les sushis

Il y a quelques temps Brasseurs de France nous invitait à déguster, entre autres, leur Bière de Printemps avec un assortiment de sushis et sashimis. Je vais vous expliquer pourquoi, mais avant une petite Histoire de la Bière de Printemps:
Elle apparait au XIVe siècle dans le Nord de la France à Arras sous le nom de « bière de mars ». Elle est en fait la première bière issue des dernières récoltes d’orge et de houblon de l’automne, et a été gardée dans le froid de l’hiver pour parvenir à maturité au Printemps ! C’étaient les bières les plus fortes aromatiquement parlant, car à l’époque on ne savait pas bien conserver le houblon et les productions suivantes étaient plus faibles…
Notre première bière de Printemps de ce soir vient du Nord; elle a une magnifique robe doré voir orangé, brillante, et au nez des notes de caramels, de miel, un peu boisé. L’amertume est légère, l’alcool aussi: entre 4,5 et 5,5°C.
La seconde présentée est produite en Ile-de-France et son petit nom c’est « Val Céleste ».
Moins malté que la première, avec une robe jaune léger et des bulles fines, elle dégage de fortes notes végétales d’herbe coupée, voir d’asperge. Une légère acidité. Nous la dégustons avec des sashimis de saumon: le côté gras du poisson absorbe cette acidité et équilibre le mariage, c’est très réussi.
La troisième bière est à nouveau du Nord, mais on a ajouté du froment (blé) dans celle-ci. Sa robe est infiniment plus pâle, c’est une vraie bière blanche ! Elle est légèrement voilée à cause des levures mais il ne s’agit pas d’un défaut: comme nous l’explique Jean-Michel Durivault, bierologue, cela fait aussi parti de son caractère.
Celle-ci présente de fortes notes d’agrumes, surtout le citron, mais aussi de coriandre. En bouche elle a une acidité proche de celle de la fraise. Nous l’essayons sur un sushi de thon et un sashimi de crevette.
Je suis plus convaincue par le deuxième essai: la bière devait rendre le riz moins épais, équilibrer le mariage mais ça n’est pas le cas; en revanche sur la crevette il y a une belle acidité qui garde une longueur en bouche assez étonnante !
Nous passons maintenant aux trois dernières bières – dont je ne vais pas vraiment faire l’éloge, mais il s’agit de goûts personnels :
– La « Morgane » bière bretonne. Amère, épaisse avec une légère pointe sucrée.
– « L’Angelus » bière du Nord. Très très amère, avec des notes végétales.
Nous les avons bu sur un roll de saumon et oeufs de saumon; l’idée étant de comparer l’effet salé des oeufs sur ces boissons.
La note sucrée, et la forte amertume disparaissent respectivement. L’effet produit sur l’Angelus était pas mal joué parce que vraiment l’amertume s’évanouissait. Mais bon définitivement pas mes préférées…
La dernière bière dégustée était la « Fleurac », du Cantal. Au nez, des notes de menthe et de cassis. En bouche: l’impression d’avoir avalé un bonbon kiss kool. Vraiment très bizarre. Un espèce d’effet bain de bouche. Deux gorgées auront suffit, ça n’ira pas plus loin…
L’idée de cette dégustation et de ces mariages était de montrer que la bière peut se consommer aussi bien à table qu’à l’apéritif, sur des plats fins comme des poissons crus, ou même des fromages ! En fait les français sont de petits joueurs en matière de consommation de bière: l’Espagne en consomme deux fois plus que nous ! Pourtant nous avons 400 brasseurs, et plus de 1000 bières différentes… Il était aussi rigolo de voir que les personnes présentes étaient toutes d’accord pour dire que la bière véhiculait une image plutôt masculine, et qu’il est encore aujourd’hui parfois surprenant de voir une femme commander une bière à table. Cet a priori est propre à la France puisque nos voisines belges ne s’embêtent pas, elles, à savoir qui boit quoi.
Pour finir, un petit classement des consommations mondiales:
La République tchèque arrive en tête de la consommation de bière par habitant pour la 17e année consécutive avec 152 litres de bière consommée suivis de près par les Irlandais, 142 litres, et les Allemands, 119 litres. Avec seulement 35 litres, les Français sont loin derrière.
Cependant c’est la Chine qui obtient la première place du podium (du fait de sa population de 1,3 milliards): avec plus de 42 milliards de litres de bière consommés, elle est le plus grand pays consommateur de bière au monde. D’ailleurs il faut savoir que la consommation chinoise a augmenté de 70% ces 10 dernières années. La Russie, avec 10 milliards de litres est le premier pays européen juste devant l’Allemagne et l’Espagne. La France arrive en 19ème position.
Publicités

7 réflexions sur “La bière et les sushis

  1. Très intéressant comme article !
    Merci à Thomas d’Happy Beer Time de l’avoir partagé. Je vous conseille fortement de le suivre sur Twitter d’ailleurs…
    Aimant la bière et la nourriture japonaise je vais faire des tests je crois :).
    Par contre pour ma part j’apprécie l’Angelus, Mais comme tu le dis, les goûts…

    • Merci pour ce gentil commentaire ^^ ce « cours » bière/sushis a été vraiment instructif, d’autant que je ne bois absolument pas de bière. Il était donc difficile pour moi d’apprécier les goûts et saveurs de celles qu’on m’a fait déguster, mais j’aime faire des découvertes. L’Angelus était une des plus originales et je pense qu’il faut certainement être amateur pour en apprécier les subtilités 🙂
      A bientot !

  2. Pingback: La Compil’ du week-end | Malts et Houblons

  3. Pingback: Céline Aime « @Crapouillaut devient Crapaud !

  4. Pingback: La bière et les fruits de mer: accords autour de Noël | Céline M. Céline aime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s